À quel moment on a cessé d’apprécier les enfants? / Choisir de profiter plutôt que de « subir » 

fb_img_1509223623486-848024072.jpg

Sur mon mur Facebook, défilent des textes contre les « mères de caillou », où on glorifie le parent comme étant constamment « à bout » et ayant besoin de vin pour arriver à « endurer » cette chose qu’est la vie avec les enfants….

Je vous dis ça, en sachant bien que clamer haut et fort qu’on ne trouve pas ça horrible nous, c’est vu comme du jugement. Mais honnêtement, je trouve ça surtout triste.

Ok, je vais le dire. Voilà mon coming-out: J’aime profondément être avec des enfants.

Chaque fois que je prends un bébé dans mes bras, je prends 3 secondes pour sentir la douceur de sa peau pis je suis émerveillée. C’est vrai pour vraie, pas romancé là. Quand le poupon se colle dans mon cou, j’absorbe le bien-être que ça apporte, je souris pis j’oublie que j’ai passé la sieste à bercer les uns les autres. Je tripe pour vraie quand un enfant fait quelque chose de nouveau, s’absorbe dans une tâche.

(…)

Vous savez, le problème, ce n’est pas les enfants. C’est tout le reste. C’est la vie trop vite, la pression, le stress de partout. C’est vos enfants qui arrivent le soir de l’école déjà à bout d’une journée remplie de petits stress, qui se mélange à votre propre stress et ça explose. C’est le qu’en-dira-t-on qui fait que vous cherchez à ce que votre vie soit « picture perfect » tout le temps.

C’est lourd être dans un monde où tout doit être esthétique, bien réfléchi pis répondre à une tonne de critères selon la mode actuelle. Et ça en prend, pas mal de temps!

(…)

Beaucoup des réponses aux comportements des enfants résidents dans prendre le temps. De jouer. De gérer. D’accompagner. D’enseigner. Être avec eux, et avoir envie de.

Faudrait se rendre compte qu’on ne peut pas s’attendre à ce que nos enfants grandissent plus vite parce qu’on n’a pas le temps de vivre avec les besoins de leur âge.

Je dis ça et je ne suis pas parfaite non plus, j’oublie aussi parfois. Ma meilleure solution c’est l’instant présent : quand tu t’arrêtes, tu regardes autour de toi, tu ne peux pas ne pas voir comment c’est beau, un enfant.

On voudrait que nos enfants soient plus faciles pour avoir plus de temps pour… quoi?
Il faut se le demander. Pourquoi nos enfants sont devenus la « corvée plate » qui nous prive de la « partie le fun » de la vie ?

C’est peut-être ça aussi une partie du problème… Les adultes ont oublié (ou pas appris) comment prendre soin d’eux pour vraie, pour ensuite avoir la disponibilité émotionnelle pour leurs enfants.

Le temps pour soi, okay, sortez, prenez du temps pour vous, allez en couple un soir. Ce n’est pas d’être absent parfois le problème. C’est d’être absent (mentalement) tout le temps même quand on est présents.

Ce que votre enfant est présentement, avec ses hauts et des bas, ce n’est pas parce que c’est temporaire que ça n’a pas de valeur. Et il mérite d’être apprécié, et non ‘enduré ». Même quand c’est difficile. Vous n’avez pas a faire semblant que c’est facile, faites juste être la, présent, et disponible pour l’accompagner dans cette phase, en pleine conscience que ce n’est qu’une phase, et que çà fait partie de ce qui va l’aider a devenir l’adulte qu’il sera un jour.

Accepteriez-vous ça de votre conjoint? Qu’il détaille constamment à quel point c’est difficile être avec vous, pis comment il endure ça en buvant du vin. Qu’il rende vos défauts si importants, plus même que vos qualités ?

Je ne dis pas que c’est facile être parent. Je dis juste qu’il n’y a rien de plus triste que de donner l’impression qu’on subit l’enfance de notre enfant comme un condamné subit sa peine.

À quel moment dans l’humanité, c’est devenu plus important de faire une belle chambre parfaitement décorée ou un gigantesque party de fête à son enfant que de prendre le temps de jouer cinq minutes avec lui??

Publicités

16 réflexions sur “À quel moment on a cessé d’apprécier les enfants? / Choisir de profiter plutôt que de « subir » 

  1. Tout à fait d’accord avec tout ce qui est écrit ici! Et bravo de l’exprimer contre la tendance actuelle! Moi aussi je trouve ça triste! Même les éducateurs en Cpe remarquent que plusieurs parents qui viennent porter/ chercher leurs enfants sont désintéressés et qu’ ils préfèrent les envoyer non- stop, même durant tous leurs congés à eux! On dirait qu’il devrait y avoir une rééducation sur le plaisir d’être avec ses enfants!

    J'aime

  2. Moi j’aime profondément mes enfants et profite de chaque instant…rien, aucun party ou soirée arrosée sera jamais plus attrayante que de passer du temps avec mes enfants. Elles sont toute ma vie. Ton text est tellement vraie pour beaucoup trop de parents et c’est triste a voir!

    J'aime

  3. Je dis toujours à mes fils, cela ne dure qu’un temps. Les dents, pas faire ces nuits, l’école…. Mais c’est cela avoir un enfant! Et vous allez tout oubliez quand vous allez le voir rire aux éclats parce qu’il coure après une grenouille 🙂 et cela va être vos plus beaux souvenirs. Ceux qui font que vous pardonnez leurs petites erreurs. Car il en faut des erreurs pour devenir un adulte heureux. Et oui j’ai adoré être avec mes enfants et j’adore les enfants, ils sont notre avenir, donc demandez-vous comment vous voulez votre avenir? Ce sont eux nos futurs administrateurs! Arrangez-vous pour qu’ils soient fiers d’être ce qu’ils sont.

    J'aime

  4. Magnifique texte.

    Je suis la seule de ma famille qui fait des enfants, qui aiment cette magie si primitive et simple. Leur carriere, sorties, argent, voyages est x100 plus importants…

    J’aime comment tu partages cette emotion, cette valeur si importante, que tous semble oublier!

    Écoeurée de ces « meres indignes » sur les reseaux sociaux. Cette mode de se plaindre, d’en faire 2-3 quand meme, déconnecté d’eux, de tjrs les faire garder…

    J'aime

  5. Je suis tellement D’accord! On dirait que les parents on perdu la capicité à éduquer leurs enfants et les placent en CPE ou camp ou autre le plus possible. Les parents doivent réapprendre à se faire confiance et prendre le temps de grandir avec leurs enfants!

    J'aime

  6. Tellement vrai! Nous vivons une époque où tout est plus important que l’essentiel! Nos enfants, l’avenir mais surtout le présent avec eux! Je partage tout avec mes enfants et je n’ai jamais eu l’impression de subir quoi que ce soit! et quand je dis ça, souvent on me regarde comme une extraterrestre! J’adore passé du temps avec eux, jouer avec eux, les câliner, les regarder, les porter, les accompagner, tout quoi! Merci pour cet article et pour votre humanité! parfois, j’ai l’impression que c’est ce qu’il manque à certain!

    J'aime

  7. Magnifique article qui soulève un point difficile mais qui en a un autre encore plus difficile à soulève: fesons nous des enfants par véritable envie et volonté d’accompagner aimer un enfant en t’en qu’être à part entière ou fesont nous des enfants parce qu’il faut faire des enfants, parce que sa fait bien, parce que c’est ce que tout le monde fait? Et la seconde question suis je prêt à accepter tout ce qu’engendre la responsabilité d’accompagner un être humain qui nous appartient pas, qui as sa manière propre à lui de s’exprimer, qui sera malgré lui totalement dépendent de nous des le début et aura besoin qu’on réponde pour lui a chacun de ses besoins, qui ne connaitra rien de se monde et devra l’appréhender de differente manières qui pourrait emmène la nécessité de réparé à sa place n’ayant pas la capacité pour, aura besoin qu’on lui répète plusieur fois pour comprendre, qui n’aura pas toute ses capacité pour se géré physique mais surtout émotionnellement, qu’il pourra remettre en question comme n’importe quel humain remettre en doute nos croyance etc…
    Je crois qu’on ne fais pas prendre conscience au gens ce qu’implique réellement un enfant. On renvoie juste l’image d’un truc qui veut faire chier son monde, qu’on se débarrasse quand on veut mais c’est trop cool car on domine sur eux. Il y a aussi la un problème si on se sent si bien à domine une personne qu’on domine déjà juste par la taille et la force, c’est qu’on a un véritable problème d’estime de nous même. Avoir pleine puissance sur un être ultra faible montre la très grande faiblesse du dominant.
    Je pense que c’est tout un fondement et une vision profonde de l’enfant qui est à revoir et osez dire, si vous n’aimez pas les enfant ne les apprécie pas et bien n’en faite pas pour leur bien. Les enfants ne sont pas comme une robe qu’on achète pour faire plaisir à maman, on ne fait pas un enfant pour faire plaisir, sinon c’est lui qui payera. J’achète pas un chat, un chien ou n’importe si je les apprécie pas pourquoi fesont nous alors des enfants si on les supporte pas ?!

    J'aime

  8. Tout à fait d’accord avec ce sui est dit. Personnellement je ne trouve pas que les enfants me prennent plus de temps que ça. Elles me laissent mes moments de tranquillité tout comme je leur laisse les leurs. J’ai 2 filles de presque 15ans et de 13ans et elles adorent squatter ma chambre ou dormir de temps en temps avec maman. Même si je leur dit que je n’aime pas ça elle ne m »écoutent pas parce qu’au fond elles savent que j’adore quand on est entassé toutes les trois dans mon lit ou sur le canapé, les unes contre les autres devant un bon film. J’en profite car c’est assez rare de la part d’adolescents. En general ils préfèrent s’enfermer dans leur chambre. Donc il faut profiter de chaque moment avec nos enfants car lorsqu’ils auront quitté la maison pour fair leur vie, ces moments seront de precieux souvenirs.

    J'aime

  9. Merci pour votre texte, et j’avoue que c’est dur, dans notre quotidien où on court comme des hamsters dans nos cages, de juste s’arrêter, et être, vraiment être à 100% avec eux…
    J’ai l’impression que beaucoup de parents « subissent » leurs enfants comme ils ont « subi » leur enfance. Par exemple, je me suis rendue compte récemment à quel point ma grand-mère était stressée quand elle entendait des enfants crier ou pleurer. J’ai compris que ses parents lui interdisaient ce genre de réaction, elle a dû prendre sur elle, et sans doute beaucoup stresser… mais elle continue de dire que ses parents l’ont très bien élevée, qu’elle n’en a pas souffert… Lorsque la société arrivera à sortir du déni des effets de la violence éducative ordinaire, à porter un autre regard sur nos enfants, j’espère que les parents arriveront à être vraiment en lien avec leurs enfants et pourront voir que ce ne sont pas tant eux qui élèvent leurs enfants que eux-mêmes qui s’élèvent grâce à eux…

    J'aime

  10. Tellement exact! Je ressens mot pour mot
    Ce que vous décrivez. Prendre un bébé et tout s’arrête autour. Prendre le temps de le câliner, l’éveiller, le regarder grandir chaque jour est un émerveillement .
    Il n’y a rien de plus beau que cela.
    Une fois mes grands enfants partis, j’ai décidé de donner un peu plus d’amour à ces petits bouts qui ne comprennent pas que papa et maman partent. J’en ai fait ma profession J’allais au domicile des enfants et nous passions des moments formidables. Mes 3 derniers Loupiots viennent de déménager….Je les ai vus naître tous les 3…..l’aîné a presque 4 ans et le dernier est nourrisson. Mais quel manque chaque jour de ne plus les voir, les toucher, les regarder rire…le temps m’apportera mes propres petiots.
    Bravo pour ce beau témoignage.

    J'aime

  11. Tellement vrai ce que tu partages, moi, je me suis fait juger dans ma famille,
    parce que j’ai eue un troisième enfant…
    Mais, c’était mon choix, et le plus beau cadeau que je me suis faite.
    Je suis tellement heureuse aujourd’hui de les avoir mes trois fils.
    D’accord, nous n’avions pas de luxe, mais je passais tout mon temps avec eux.
    Je ne regrette rien, mes enfants, c’est ce que j’ai de plus précieux sur cette terre.
    A.L.

    J'aime

  12. Oh merci !!! Merci pour cet article. Je suis enceinte de 8 mois, et à 1 mois de l’accouchement, je suis en stress. Je me dis « mon Dieu ma vie va être chamboulée, je vais pas savoir gérer ». Merci de remettre les pendules à l’heure. Tu as tellement raison et ça me rassure tellement. Plus jamais, je promets, à partir de maintenant, je ne subirai tout ça, comme tu le dis, on n’est pas des condamnés, et comme tu le dis, ça me rendrait triste que mon conjoint fasse des « gifs » de moi sur Facebook du style en mode ironie / drôle « Quand ma femme me casse les pieds », comme on voit beaucoup passé avec nos enfants / la parentalité.

    Vraiment MERCI MERCI MERCI.

    J'aime

  13. Super article bien explicite qui va aller, de ce pas, nourrir ma page Facebook liée au blog.
    Je suis heureuse de lire ce genre de rédaction qui conscientise les actions banales.
    Je suis aussi très triste de constater la pression dans la vie qui engendre que la plupart pensent plus aux choses à faire plutôt qu’à être réellement.

    Belle continuation

    J'aime

  14. Pingback: Ce que j’ai repéré sur le net #8 – Maman tâtonne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s